Quels risques pour les femmes enceintes dont le test est positif au COVID-19 et leurs nouveau-nés

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Les femmes enceintes dont le test est positif au COVID-19 et leurs nouveau-nés ont un faible risque de développer des symptômes graves, selon une nouvelle étude de UT Southwestern.

 

L’étude, publiée en novembre 2020 dans la revue académique américaine JAMA Network Open, montre que 95% des femmes testées positives au COVID-19 pendant la grossesse n’ont eu aucun résultat indésirable. De plus, l’étude a révélé que le virus était transmis au fœtus dans seulement 3% des cas.

 

«Nos résultats sont qu’environ cinq pour cent de toutes les femmes ayant accouché avec une infection au COVID-19 développent une maladie grave ou critique. Cinq pour cent est une préoccupation majeure lorsqu’une pandémie se propage dans une population ; cependant, il est inférieur aux rapports précédents des centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) », explique Emily Adhikari, MD, obstétricienne, gynécologue et premier auteur de l’étude.

 

« La plupart des femmes présentant une infection asymptomatique ou légère seront soulagées de savoir que leurs bébés ne seront probablement pas affectés par le virus. »

 

Les chercheurs ont entrepris de mesurer l’impact de l’infection au COVID-19 sur les résultats de la grossesse, la gravité de la maladie d’une femme enceinte, la pathologie placentaire et les infections néonatales en étudiant les femmes du Parkland Health and Hospital System – un système de cliniques prénatales à haut volume et un hôpital public.

L’équipe a suivi 3 374 mères, dont 252 ont été testées positives pour le virus pendant la grossesse, de mars à août. Le groupe était majoritairement des femmes hispaniques (75%), suivi femmes noires (18%) et femmes blanches (4%). Il n’y avait pas de différences significatives entre les femmes enceintes quant à l’âge, au nombre de naissances précédentes, à l’IMC ou au diabète.

Le choix d’avoir une majorité de femmes hispaniques dans l’étude s’explique du fait que la pandémie a particulièrement touché la population hispanique de Dallas. « Bien qu’elles représentent 75% de la population de plus de 12 000 femmes accouchant chaque année dans notre établissement, les femmes d’origine hispanique représentaient plus de 90% des femmes positives au COVID-19 [aux USA].», déclare Adhikari, directeur médical des maladies infectieuses périnatales au Parkland Memorial Hospital et professeur adjoint d’obstétrique et de gynécologie.

Parmi les 252 femmes testées positives, 239, soit 95%, étaient asymptomatiques ou présentaient des symptômes légers au début. Six de ces femmes ont par la suite développé une pneumonie grave ou critique au COVID-19. En comparant les mères avec et sans COVID-19 diagnostiqué à tout moment pendant la grossesse, le virus COVID-19 n’a pas augmenté le risque de résultats indésirables, y compris l’accouchement prématuré, la prééclampsie avec des caractéristiques sévères ou l’accouchement par césarienne pour une fréquence cardiaque fœtale anormale. Cependant, les naissances prématurées ont augmenté chez les mères qui ont développé une maladie grave ou critique avant d’atteindre 37 semaines de grossesse. L’étude a révélé que le diabète peut être également un facteur qui augmente le risque de maladie maternelle grave ou critique.

Les pathologistes qui ont examiné les placentas – l’organe qui fonctionne comme source d’oxygène et de nourriture pour les bébés à naître – ont constaté que la majorité n’était pas affectée par le virus.

 

Une étude plus approfondie est nécessaire pour comprendre si l’infection maternelle par le COVID-19 a un impact sur la santé maternelle ou infantile à long terme.

 

«Notre objectif est d’élaborer des lignes directrices fondées sur des données probantes pour la majorité des femmes enceintes qui se rétablissent à la maison», déclare Adhikari. «Il est difficile de prédire qui deviendra gravement malade, c’est pourquoi les stratégies de prévention telles que le lavage des mains, le masquage et l’éloignement social sont toujours extrêmement importantes.

 

Retrouvez l’intégralité de l’étude ici

Abonnez-vous à notre newsletter pour ne rien rater de MEDUSIMS

D'autres articles peuvent vous intéresser

Hémorragie du post-partum (HPP)

Fin 2014, Medusims a publié un simulateur médical numérique de prise en charge d’une hémorragie du post-partum en salle d’accouchement par des anesthésistes réanimateurs. Ce

Lire plus »
fr_FRFR