De nouvelles perspectives dans la formation médicale virtuelle et l’évaluation, jeux sérieux et plateformes numériques

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Les jeux vidéo ne sont plus uniquement considérés comme un divertissement. En effet, ils apparaissent dorénavant comme un outil innovant dans les formations des professionnels de santé, au travers des jeux sérieux (serious games en anglais), des simulateurs médicaux numériques.

 

La simulation médicale numérique

 

Ces jeux sérieux sont définis comme des « applications utilisant les caractéristiques des jeux vidéo et informatiques pour créer une expérience engageante et immersive, dans le but de répondre à des objectifs d’apprentissage spécifiques, et de fournir des résultats transposables sur le terrain » [1].

Cette transposition pratique se traduit notamment par une amélioration significative de la qualité des soins. La simulation numérique exprime tout son potentiel en termes d’évolutivité, de développement pérenne et de rapport coût-efficacité.

 

Méthodologie et expertises

 

Le développement d’un serious game suit la même méthodologie que les exercices de simulation classique. Un comité d’experts scientifiques permet de définir la cible (étudiants, spécialités), les objectifs pédagogiques, le scénario clinique, l’environnement et les outils à utiliser – qui seront ici modélisés en 3D pour l’intégration dans le simulateur numérique.

L’ajout d’une expertise pédagogique est primordial afin d’optimiser l’expérience du jeu, la pertinence des niveaux de difficulté et l’appropriation par les utilisateurs.

Enfin, l’expérience technique – spécifique à la simulation numérique permet d’articuler les différentes briques du jeu sérieux et d’atteindre un haut niveau de réalisme des environnements 3D.

 

Les recherches sur la simulation médicale numérique

 

Des études cherchent à évaluer la valeur pédagogique et le rapport coût-efficacité de ces serious games (SG). Ainsi, un abstract sur le simulateur numérique Hemosims HPP (Hémorragie du post-partum) développé en 2014 a été présenté à la SFAR (Société Française d’Anesthésie Réanimation). Ce jeu sérieux, développé par Medusims et financé par le LFB, est dédié à la prise en charge d’une hémorragie du post-partum persistante, par les anesthésistes-réanimateurs.

En plus de retours excellents en terme de satisfaction des utilisateurs, l’équipe de médecins-chercheurs a pu démontrer que :

« tant sur le plan des vertus pédagogiques (pour augmenter le niveau de connaissance et de compétence technique) que sur le plan des capacités à pouvoir évaluer correctement un apprenant (lui donner une note en pratique), les SG font aussi bien que les expériences sur mannequins, tout en coûtant beaucoup moins cher, en terme de temps de formateur que d’argent » [2].

 

Et la simulation numérique de demain ?

 

Le serious game devient donc un outil complémentaire indispensable pour la formation et l’évaluation des professionnels de santé. De nouvelles interfaces et nouvelles fonctionnalités permettront de rendre les interactions de plus en plus naturelles et intuitives.

Cet outil permet aussi la génération et l’exploitation de Big data anonymes pour des mesures médico-économiques, des travaux de recherche et identifier les enjeux des formations de demain.

Le développement de ces jeux sérieux nécessitant la réunion des professionnels de santé, d’informaticiens et d’experts en pédagogique, on observe l’émergence de nouveaux métiers. Et la France – dont le savoir-faire dans ce domaine se développe considérablement – pourrait devenir un leader de la simulation numérique en santé.

 

 

Sources :

[1] De Freitas S. Learning in immersive worlds. Lond. Jt. Inf. Syst. Comm. ; 2006.

[2] Galland A, Pasquier P, Tesniere A, Mignon A. Simulation sur mannequin ou simulation informatique (seriousgame) ? L’exemple de l’Hémorragie du Post-Partum (Hemosims). AnnFr Anesth Reanim. 2014;33:R306.

 

Abonnez-vous à notre newsletter pour ne rien rater de MEDUSIMS

D'autres articles peuvent vous intéresser